Bailly-Romainvilliers ► [Vidéo] Anne Gbiorczyk met en place une politique jeunesse "dynamique, mixte et citoyenne"

Bailly-Romainvilliers ► [Vidéo] Anne Gbiorczyk met en place une politique jeunesse "dynamique, mixte et citoyenne"

Anne Gbiorczyk, maire de Bailly-Romainvilliers, a fait le point pour Magjournal sur sa politique jeunesse, mercredi 16 février.

Mercredi, en début d’après-midi, le calme régnait dans la maison des jeunes de Bailly-Romainvilliers. Les animateurs se préparaient à accueillir les adolescents. L’équipement est une structure de loisirs dédiée aux 11-25 ans, équipée de jeux, baby-foot, billard… Pendant les vacances de février, le programme proposé par les animateurs sera dense et vraiment varié : bowling, cinéma, patinoire, karting, atelier cuisine, tournois de ping-pong, de jeux vidéo...

La maison a une particularité : elle accueille le Bij (Bureau information jeunesse). Bailly-Romainvilliers est la seule commune de Val d’Europe à posséder un Bij qui reçoit des jeunes de 16 à 25 ans pour les accompagner sur des thématiques précises, comme l'orientation, la formation, la recherche d’emploi, la santé et le logement. Anne Gbiorczyk indique : « Si la maison des jeunes est réservée aux Romainvillersois, la territorialité du Bij dépasse Bailly. On vient d’en renouveler la labellisation. »

Réorganiser le service jeunesse, réorienter la politique jeunesse, étaient des promesses de campagne d’Anne Gbiorczyk : « Notre objectif est de redynamiser et d’augmenter la fréquentation de la maison des jeunes et du Bij, d’avoir de la mixité sociale, une contribution aux politiques éducatives et pas seulement de la consommation… Jouer, oui, mais jouer, c’est aussi apprendre des règles. Les jeunes sont un public particulièrement volatile qu’il faut aller chercher. »

Pour le maire, le jeune est un acteur prioritaire : « On considère que le jeune, dans sa globalité, qu’il soit à l’école ou au collège, est d’abord romainvillersois. Les jeunes, il faut aller les chercher là où ils sont. Et ils sont essentiellement au collège. »

La Ville a signé deux nouvelles conventions avec le collège « Les blés d’or ». La première concerne les quatrièmes avec la thématique de l’égalité homme-femme. Elle a fait participer toutes les classes de quatrième du collège avec cinq séances d’une heure sous la forme d’un théâtre forum, les 12 et 14 février. Les animateurs du service jeunesse, accompagnés par l’association Educamus, ont abordé les thèmes de la puberté, de la rumeur, des réseaux sociaux, des préjugés filles-garçons…

La deuxième convention est consacrée au « parcours d’avenir » et a été concrétisée du 8 au 10 février. Les services jeunesse et démocratie participative ont organisé cinq séances sur le thème des métiers du sport et de l’animation, ainsi que des dispositifs jeunesse (junior association, service civique, etc.). Cette action a permis de savoir si les élèves connaissaient la maison des jeunes, de faire entrer les animateurs au sein du collège afin de susciter de nouveaux liens, de la curiosité de la part de jeunes en dynamique de projet. Des professeurs ont également été intéressés et ont même participé en intervenant pendant les séances.

Deux anciennes conventions portant sur du footsal et le « kiosque à projets », qui avaient généré la création du conseil municipal des jeunes par le passé, ont été mises en veille en raison de la pandémie. Elles n’ont pas encore pu redémarrer.

Un nouveau partenariat existe aussi pour un accompagnement de huit à dix collégiens dans le cadre du concours d’éloquence au musée de la Grande Guerre de Meaux avec pour sujet de 2022, « Et si l’Allemagne avait gagné la bataille de la Marne ». En relation avec un professeur d’histoire-géographie, le directeur Jeunesse gère sept séances d’une heure pour la rédaction du texte de présentation et la nomination des deux candidats pour participer à la demi-finale du concours, le 16 mars, à Meaux. Des répétitions auront lieu du 1er au 4 mars en salle du conseil, avec la participation de Christine Roncin, adjointe au maire de Bailly et avocate de métier. Cinq dernières séances de répétition suivront ensuite au collège afin d’optimiser la présentation orale avant la finale au tribunal de Meaux.

En début d’année, la mairie a également accueilli les délégués de classe des sixièmes et cinquièmes afin de leur expliquer le rôle des élus, les fonctions et organisation de la mairie.

Si le collège est dévolu aux compétences départementales, la commune de Bailly-Romainvilliers n’en finance pas moins certaines actions. Le maire rappelle : « Nous n’avons aucune obligation de contribuer à l’éducation des collégiens. Aucun de nos trois subventionnements n’est obligatoire. » La commune subventionne l’établissement pour encourager l’instruction hors les murs avec les sorties, les voyages scolaires, à hauteur de deux mille cinq cents euros. Elle abonde aussi de sept cent cinquante euros l’association sportive. Quant au CCAS, il contribue au fonctionnement du foyer socio-éducatif qui agit sur le temps de la pause méridienne, avec une enveloppe de mille euros.

La Ville va franchir un nouveau cap puisqu’une nouvelle convention est en préparation avec le lycée de Serris. Sollicitée par un professeur pour un accompagnement à la recherche de stages et pour aider les jeunes à se présenter devant un potentiel employeur, la commune a immédiatement saisi l’opportunité.

Mais la politique jeunesse ne s’arrête pas là. Une partie de la programmation du centre culturel "La Ferme Corsange" est dédiée aux jeunes, comme le prochain spectacle « Plateau hip-hop 100 % féminin », accompagné d’une exposition, le 12 mars.

Enfin, le point d’orgue aura lieu la première semaine de juillet avec le festival « Let’s play together » consacré à la culture numérique. Intergénérationnel, l’évènement durera du mardi 5 au dimanche 10 juillet avec une brocante geek, des tournois de jeux, une conférence sur les métiers du gaming, un concert de Pixelophonia, de la musique symphonique de jeux vidéo…

Anne Gbiorczyk conclut l’entretien par cette phrase : « L’idée est que les jeunes deviennent acteurs de la ville, qu’ils se sentent pleinement citoyens. La politique de la jeunesse de la commune explose. Nous, les jeunes, on les aime ! ».

Dernière modification le mardi, 29/03/2022

Publié dansVie locale

Où trouver la version papier

Présentation1 1

 

 

 

Recevez le mensuel dans votre boîte aux lettres : abonnez-vous

Ils adhèrent

ilsadherent2

Horoscope

Sudoku

Vous souhaitez contacter Magjournal

01 60 61 79 96
 

Le mensuel n°52 : les solutions des jeux

Lire les mensuels

Go to top