Serris ► Le chat Racaille est devenu la coqueluche d'Instagram

Serris ► Le chat Racaille est devenu la coqueluche d'Instagram

Racaille, un chat de race maine coon habitant à Serris, est devenu la coqueluche d'Instagram grâce à un fort taux d’engagement. Le félin a reçu Magjournal chez lui, allongé sur son hamac, mardi 23 novembre. 

 

Le « pet influencer », âgé d’à peine 15 mois, fait réagir entre 30 et 50 % de ses followers après chacun de ses posts ou de ses stories sur Instagram, soit un taux d’engagement exceptionnel pour un compte sur le réseau social. Les photos et vidéos de ses sorties en bateau ou en quad, de ses découvertes, avec son nouvel accessoire ou dans un sac à dos, sont aimées et commentées par les fans. Il en a 1 063, séduits par sa belle fourrure, son regard ou son air de voyou, d’où le nom qu’on lui a donné. Franck, son compagnon humain, assure : « Ce sont des vrais followers, je ne les achète pas. » 

D’ailleurs, celui-ci n’aime pas le terme de « maitre », qui conviendrait davantage aux chiens : « Je suis plutôt son bouffon. Ma maison, c’est de son point de vue chez lui, il fait donc tout ce qu’il a envie de faire. Moi, je ne suis là que pour lui préparer à manger. » Racaille a même pris possession de la chambre de son compagnon. On lui a installé deux « téléviseurs » : l’aquarium et la fenêtre où il peut voir qui vient chez lui. 

La première photo a été publiée sur Instagram (@racaille.mainecoon) sans que Franck ait eu l’intention d’en faire une célébrité : « Il m’arrive régulièrement de perdre mon téléphone portable avec les photos qui y sont stockées. Le compte Instagram permettait de les garder. » En moins de six mois, le nombre de « like » a doublé. 

Son compte est alors repéré par les marques, en particulier Trixie, une marque allemande qui vend des produits pour animaux. « La marque m’a contacté pour utiliser une photo de Racaille avec son harnais », se souvient encore Franck. Racaille refuse toutefois des partenariats avec les produits alimentaires pour animaux et ce n’est pas un caprice de star. 

En fait, son statut de félin de race, selon le livre officiel des origines félines (Loof), lui impose un régime alimentaire strict : poumon ou cœur de volaille cru et des compléments alimentaires pour son long pelage. Tout est mesuré et pesé. Il n’a pas le droit aux friandises. Racaille a du caractère, il est maniaque, râleur (on entend son miaulement pour dire non) mais surtout gentil, près à défendre les enfants qui se font embêter.  

On se demande même si Racaille n’est pas plutôt un chien puisqu’il aime plus la compagnie de ses amis canins que ses semblables félins, accepte de se faire tenir en laisse, s’adapte rapidement à un nouveau lieu, répond à son nom et accompagne Franck partout. Il a été stérilisé très jeune. « Il n’a pas développé d’hormones, il ne connaît donc pas les guerres de territoire entre les chats. Il veut juste jouer », précise Franck, fils d’éleveurs professionnels. 

 

Dernière modification le vendredi, 26/11/2021

Publié dansVie locale

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'entrer toutes les informations requises, indiquées par un astérisque (*). Le code HTML n'est pas autorisé.

Où trouver la version papier

Présentation1 1

 

 

 

Recevez le mensuel dans votre boîte aux lettres : abonnez-vous

Ils adhèrent

ilsadherent2

Horoscope

Sudoku

Vous souhaitez contacter Magjournal

01 60 61 79 96
 

Le mensuel n°45 : les solutions des jeux

Lire les mensuels

Go to top
X

Copie interdite

La copie est interdite. L’ensemble des textes, images, vidéos, graphismes sont protégés par la loi sur la base du code de la propriété intellectuelle.